OUVRIR UN COMPTE TITRES – PEA

Remboursez votre abonnement dès maintenant !

«Si vous vous lancez dans l’investissement boursier, il va falloir ouvrir un compte titres ou un Plan d’Épargne Action. Je vous recommande fortement de passer par une banque en ligne. Ces établissements ont très souvent des offres de parrainage pouvant dépasser les cent euros en cas d’ouverture de compte.

Sans faire de publicité, pour un courtier plutôt qu’un autre, j’utilise FORTUNEO pour mes actions françaises depuis 2015 et j’en suis très satisfait. Il n’y a pas de frais de garde seulement lors du passage des ordres et ces derniers sont limités*. Pour les actions non européennes et notamment US et asiatiques, j’utilise DEGIRO qui a pour gros avantages de n’avoir aucun frais d’ordre sur un grand nombre d’actions. Les banques en ligne semblent être le meilleur compromis. Les banques physiques appliquent des frais sans commune mesure avec ceux des banques en ligne. Les nouveaux acteurs sur smartphone peuvent avoir des frais plus réduits encore, mais bien souvent vous ne détenez pas vraiment l’action et en cas de problème vous pourriez y laisser des plumes.

Vous bénéficierez d’un bonus à l’ouverture de votre compte et moi également (en général un peu moins pour moi que pour vous, mais il n’y a aucune raison de se priver)

*1.95€ jusqu’à 500€, 3.90€ jusqu’à 1000€ et 0.20% au-delà à l‘heure où j’écris ces lignes.

Avantages de FORTUNEO:

Interface simple, éligible au PEA , garantie des dépôts jusqu’à 100 000€

Inconvénients de FORTUNEO: Frais élevés dès que l’on sort du cadre du PEA ou que l’on veut acheter des actions non-européennes.

Avantages de DEGIRO : Frais très faibles, parfois même 0. Possibilité pour les plus avancés d’emprunter de l’argent pour l’investir en bourse (attention risqué).

Inconvénients : Pas de PEA / Booker non français.

Il existe encore d’autres brokers reconnus comme Binck, Bourse direct, Boursorama, Trading 212… Personnellement nous ne les utilisons pas mais ils ont plutôt bonne réputation.

Il y a principalement 2 façons d’investir directement sur le marché des actions :

  • Soit via un compte-titres ordinaire (CTO) offrant une très grande liberté,
  • Soit via un PEA qui permet de profiter d’une fiscalité avantageuse au déterminent de certaines restrictions. 

Dans tous les cas il peut être utile d’avoir à la fois un PEA et un CTO pour les actions non éligibles au PEA.

Compte titres & PEA 

Deux types de comptes titres existent pour les français

Pour pouvoir investir en bourse il va falloir disposer d’un compte titre. Un compte titres permet de loger les titres que vous possédez. Quand vous étiez enfant vous aviez un cahier pour collectionner vos images de footballeurs ou de manga achetées dans un bureau de tabac, aujourd’hui vous allez « collectionner » vos actions dans un compte titre.

  • Compte titre ordinaire (CTO) ;
  • Le plan d’épargne action (PEA)

D’après l’autorité des marchés financiers (AMF)*, « le compte-titres ordinaire permet de loger les titres que vous possédez. Avec le compte-titres ordinaire, vous pouvez gérer vos investissements sur les marchés financiers et passer des ordres de bourse ».

En réalité il s’agit même de deux comptes : Un compte espèce qui a le même fonctionnement que votre compte courant et le compte titre.

Sur le compte espèces, vous allez effectuer vos versements (par exemple les 10 000€ initiaux que vous voulez investir) ou les 100€ par mois, et c’est depuis ce compte espèces que seront réglés vos achats d’actions. Si vous avez acheté 20 actions à 25 euros, 500€ (=20 x 25€) seront débités de ce compte espèces et vos 20 nouvelles actions seront à présent créditées sur votre compte titre.

En cas de vente, de perception de dividendes, coupons ou intérêts, l’argent ira de nouveau sur le compte espèces et pourra être réinvesti si on le souhaite par la suite.

Vous avez donc le compte titres qui correspond au compte sur lequel vos actions sont détenues et le compte espèces rattaché à ce compte titre qui permet de conserver la trésorerie que vous pourrez investir à votre guise.


* https://www.amf-france.org/fr/espace-epargnants/comprendre-les-produits-financiers/supports-dinvestissement/compte-titres

Le PEA

Le plan épargne action (PEA) est un produit d’épargne réglementé. Il s’agit en fait d’un compte titres donnant droit à certains avantages fiscaux. Il permet d’acquérir et de gérer un portefeuille d’actions d’entreprises européennes, tout en bénéficiant, sous conditions, d’une exonération d’impôt. Il y a deux types de PEA : le PEA classique (bancaire ou assurance), et le PEA-PME, dédié aux titres des PME et des ETI. Les conditions d’ouverture du plan, les titres qu’il peut abriter et les conditions de versement, retrait et de bénéfice de l’avantage fiscal sont réglementés.*

La principale limite du PEA est le montant des versements qui est plafonné à 150 000 € pour une personne seule et 300 000€ pour un couple. Vous êtes probablement débutant et je ne peux que vous recommander d’investir petit à petit. Donc pour commencer, ces sommes devraient largement vous permettre d’investir de manière confortable. Si pour une raison X ou Y vous ne pouvez pas bénéficier du PEA (par exemple si vous n’êtes pas résident français) alors il faut passer par un compte titres ordinaire (CTO). Dans ce cas, en tant que résident fiscal français, soit vous serez imposé à l’impôt sur le revenu classique soit vous pouvez bénéficier de la flat taxe de 30 %. Certes, pas aussi avantageux que le PEA mais au moins votre imposition est limitée à 30 %. Dans l’immobilier si vous faites de la location nue il est possible de largement dépasser ce taux auquel se rajoute la taxe foncière.


*https://www.servicepublic.fr/particuliers/vosdroits/F2385

PEA versus comptes titre ordinaire que choisir ?

Si vous êtes résident fiscal français dans l’immense majorité des cas, la réponse est relativement limpide. Le PEA sera une bonne opportunité pour investir à condition : d’avoir un horizon long terme supérieur à 5 ans.

Les avantages du PEA :

Aucune imposition sur le revenu dès lors que le premier versement sur le PEA a été effectué il y a plus de cinq ans (5 ans révolus en réalité). Dans ce cas là, il y a simplement les cotisations sociales à régler (À savoir 17,2 % à l’heure où j’écris ces lignes). Cependant la fiscalité française ayant tendance à changer régulièrement je ne peux que vous recommander de vérifier cela soit par vous-même soit auprès d’un professionnel. L’imposition ne concerne que la plus value réalisée lors de la revente du titre. Exemple j’achète une action 100€ je la revend 150€ : je ne paierai que 8,6€ ((150-100)x 17,2% = 8,6) d’impôts si mon PEA est vieux d’au moins 5 ans.

Inconvénients :

Avant 5 ans, tout retrait entraîne obligatoirement la clôture du PEA à l’exception des circonstances suivantes : licenciement, mise à la retraite anticipée ou invalidité du titulaire du plan ou de son conjoint. 

Après 5 ans, l’avantage fiscal se déclenche et vous pouvez continuer à effectuer de nouveaux versements sur votre plan.

Mise en garde

(Bah oui, c’est important quand même…)

J’ai une expérience de plus de 10 ans dans la finance, un Master dans ce domaine des certificats de formation d’une université américaine en Corporate Finance et Advanced Valuation. J’ai à titre personnel de nombreux investissements en actions françaises, américaines et asiatiques. Cependant je ne suis pas conseiller en finances et encore moins votre conseiller financier. Sur ce site, je ne donne donc pas à proprement parler de « conseils en investissement », mais je vous montre la marche à suivre pour effectuer vos premiers investissements boursiers d’une manière sereine. Dans tous les cas vous êtes responsable de vos investissements. Les marchés financiers sont volatils et il n’est pas impossible de tout perdre. Cependant il ne s’agit pas de casino ou de jeu d’argent. En outre, aucun investissement n’est sûr à 100%. En effet, si vous êtes salarié ou entrepreneur, votre société peut très bien faire faillite vous privant de revenus.

Si vous avez de l’épargne sur un compte en banque, votre banque peut déposer le bilan. (C’est déjà arrivé ! On se souvient tous de Lehman Brothers en 2008 ou des banques islandaises (Glitnir, Landsbanki et Kaupthing)). Bien que les dépôts soient garantis pour les particuliers jusqu’à 100 000€, nous savons que cette garantie n’est pas suffisante en cas de crash important. (Le fonds de garantie des dépôts dispose de 0,5 % du montant des dépôts couverts)*.

Ainsi, si vous n’avez qu’une seule source de revenus vous êtes à un pas de la faillite. Il faut donc diversifier son épargne pour non seulement la faire fructifier, mais également la sécuriser. Si vous n’investissiez pas en bourse en préférant laisser tout votre argent sur votre compte bancaire, cela revient en quelque sorte à investir 100 % de votre épargne dans votre banque. Aucun investisseur raisonnable ne prendrait le risque de n’avoir qu’une seule ligne dans son portefeuille d’actions, pourtant c’est peut-être ce que vous faites.

*https://www.garantiedesdepots.fr/fr/a-propos-du-fgdr/chiffres-cles-du-FGDR